Articles contenant les mots-clés “entreprise”

Accueil d'un nouveau salarié

Certains chiffres montrent que l’intégration n’est pas toujours prise en compte au sein des entreprises. En effet, 4 % des salariés finissent par quitter leur poste au cours de la toute première journée. De plus, 22 % de la rotation des salariés a lieu pendant les 45 premiers jours de prise de poste. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir comment réaliser une bonne intégration des nouveaux salariés.

L’accueil des nouveaux salariés

Avant tout, sachez que l’accueil doit impérativement être préparé à l’avance, et que vous ne pouvez pas du tout improviser. Sachez également que l’intégration ne se déroule pas sur une seule journée, mais sur les premiers jours des nouveaux collaborateurs au sein de l’entreprise. Tout d’abord, nous vous recommandons notamment de préparer un mail qui sera transmis à tous les nouveaux salariés pour leur souhaiter la bienvenue. Un responsable doit également prendre le temps d’accueillir les nouveaux collaborateurs avec quelques mots pour que ces derniers ne se sentent pas mis à l’écart, et c’est notamment par là que l’intégration débute. Vous pouvez aussi privilégier les missions en équipe durant cette première journée, de manière à favoriser les échanges entre les nouveaux salariés et ceux qui travaillent dans votre entreprise depuis plusieurs années. Cela permettra à la fois aux nouveaux collaborateurs de se sentir plus à l’aise. N’hésitez pas également à prendre quelques minutes en fin de journée pour faire le point sur la toute première journée de votre salarié au sein de votre entreprise.

Vous devez anticiper son arrivée

Nous vous recommandons d’anticiper l’arrivée de votre nouveau salarié en préparant certaines tâches qui lui seront clairement destinées. Cela permettra ainsi de lui montrer qu’il vous est totalement indispensable et que vous avez besoin de sa présence et de ses compétences pour faire fonctionner votre entreprise. Il est également important de prévenir tous les services de votre entreprise de l’arrivée de cette nouvelle personne. Cela permettra de montrer que son arrivée était très attendue et que tout le monde est au courant. Sachez également que vous devez tout mettre en œuvre pour proposer des conditions de travail optimales qui donneront envie au nouveau salarié de rester dans votre entreprise. En effet, si ce dernier ne dispose pas de tous les outils nécessaires pour travailler, cela sera alors très négatif et il risque de ne pas revenir dans les jours qui suivent. Sachez que tout se joue généralement au cours du premier mois d’intégration, alors ne vous ratez pas ! Date: 03 Septembre 2018 Rédaction: Opticiensremplacants.com Source: Opticiensremplacants.com Crédits images: Pixabay

Charte des Réseaux sociaux

 

Actuellement, les réseaux sociaux font intégralement partie de notre quotidien et font surtout partie de la stratégie de toutes les entreprises. Vos salariés sont également présents sur les réseaux sociaux pour la plupart d’entre eux, et il est donc intéressant de les associer à votre stratégie. Il s’avère tout de même judicieux de mettre en place une charge des réseaux sociaux pour que tout soit parfaitement cadré et responsabiliser ainsi les salariés. Dans cet article, nous vous disons tout.

Les avantages de la charte des réseaux sociaux

Le premier avantage de cette charte pour les réseaux sociaux réside notamment dans le fait que vous allez pouvoir mettre en place une image qui est cohérente sur tous les réseaux sociaux que vous utilisez que ce soit Twitter, Instagram ou encore Facebook. Vous pouvez également exiger que les comptes de vos salariés sur ces réseaux sociaux aient la même forme c’est-à-dire la même présentation, des photos professionnelles, etc. Cela vous permettra en quelque sorte de communiquer sur l’entreprise au travers de vos salariés. Cette charte des réseaux sociaux vous permettra à la fois de créer une cohésion au sein de votre entreprise dans le but de montrer à vos salariés que vous avez confiance en eux et qu’ils peuvent s’exprimer librement. Finalement, le salarié deviendra un véritable ambassadeur pour votre entreprise.

Une protection pour l’entreprise

Créer une charte pour les réseaux sociaux c’est aussi un moyen efficace de protéger vote entreprise. En effet, vous allez notamment pouvoir sensibiliser tout votre personnel sur l’impact de leurs publications. Ainsi, un salarié peut être à l’origine d’un mauvais buzz et impacter ainsi directement la stratégie de l’entreprise. En tant que lecteur de vos publications, certains peuvent notamment avoir du mal à savoir si le salarié parle pour lui-même c’est-à-dire à titre personnel ou s’il parle également de l’entreprise. Finalement, cette charte est un excellent moyen pour vous de pouvoir vous protéger en imposant des règles.

La rédaction de la charte des réseaux sociaux

Cette charte des réseaux sociaux n’est pas obligatoire, mais fortement recommandée. Elle peut être modifiée à tout moment en fonction de l’évolution de vos besoins et de la vie de l’entreprise. Sachez que la rédaction de cette charte des réseaux sociaux se fait notamment en collaboration avec toute l’équipe, et tout le monde doit y participer car c’est un travail d’équipe. Mettez donc en place une réunion pour réaliser sa rédaction.

Date: 6  août 2018
Rédaction: Opticiensremplacants.com
Source: Opticiensremplacants.com
Crédits images: Pixabay

Négociation salariale

Pas toujours évident de savoir quelles sont ses prétentions salariales lorsque l’on sort fraichement de l’école. En effet, comme de nombreux jeunes diplômés, vous avez peut-être le sentiment qu’il s’avère difficile de savoir combien vous désirez être payé alors que vous n’avez pas d’expérience professionnelle encore. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir comment il est possible de définir vos prétentions salariales en tant que jeune diplômé.

Renseignez-vous avant tout

Il faut savoir que la majeure partie des entreprises établissent leurs salaires en fonction d’une grille qui répertorie chaque poste et chaque école qui concerne le candidat. Il serait donc intéressant d’obtenir une de ces grilles pour vous faire une idée des salaires qui vous correspond. Faites également rapidement le tour des offres d’emploi pour constater les salaires pratiqués.

La prise en compte d’autres critères

Généralement, les offres d’emploi parlent de salaire brut. Si vous désirez en obtenir le salaire net, sachez que cela représente environ 70 à 80 % du salaire brut. Cependant, sachez que d’autres éléments doivent également entrer en ligne de compte pour votre salaire et qui vous permettront notamment de profiter d’avantages supplémentaires. Vous pouvez également prendre en compte la mutuelle que l’on vous propose c’est-à-dire que certaines sont prises en charge par l’entreprise et que cela vous fera notamment cela de moins à régler mensuellement. Peut-être que certaines entreprises vous permettent aussi de profiter de tickets restaurant ou encore de primes exceptionnelles qui vous apporteront d’autres avantages supplémentaires.

Savoir négocier

Si vous postulez à une offre d’emploi et que sur cette dernière aucun salaire n’était clairement mentionné, sachez alors que vous allez devoir impérativement savoir négocier au cours de votre entretien d’embauche. Nous vous recommandons notamment de laisser votre interlocuteur entamer la conversation et démarrer sur le sujet de la rémunération sans que ce ne soit vous qui lanciez le sujet. Dans tous les cas, évitez tout de même de vous brader. Vous devez notamment défendre vos études et vos compétences. Si ce que l’on vous propose vous paraît relativement bas par rapport à vos attentes et vos compétences, nous vous recommandons alors de vous renseigner sur le délai qu’il sera nécessaire de patienter en règle générale pour obtenir une augmentation de salaire. Si l’offre est véritablement en-dessous de vos attentes, prenez alors bien le temps de vérifier que vous n’avez pas surévalué vos attentes.

 

Date: 19 juillet 2018
Rédaction: Opticiensremplacants.com
Source: Opticiensremplacants.com
Crédits images: 123rf

Fiche de paie

Avec l’instauration du prélèvement de l’impôt à la source à compter du 1er janvier 2019, on se doute bien que la fiche de paie sera différente. Au départ, tout le monde affirmait que la fiche de paie serait soi-disant plus simple à comprendre, mais c’est totalement faux. Bien évidemment, on ne vous dit pas qu’elle sera complexe, mais elle sera tout de même plus longue à lire.

En effet, la nouvelle fiche de paie va comporter deux lignes supplémentaires selon l’arrêté publié le 12 mai 2018. Cet arrêté avait notamment pour but de modifier la présentation du bulletin de paie.

La toute première nouvelle ligne va concerner la Contribution Sociale Généralisée c’est-à-dire la CSG, mais également la suppression des cotisations salariales chômage et maladie. Cette ligne va notamment vous permettre de savoir quel est le gain obtenu sur votre fiche de paie avec la suppression de ces éléments.

Bien évidemment, vous pourrez rapidement voir dans votre fiche de paie quel est le salaire net dont vous bénéficiez avant le prélèvement de l’impôt à la source. Ce montant devrait être affiché en gros pour que cela puisse clairement vous sauter aux yeux. Le décret exige notamment que le corps de caractère utilisé devra être au moins égal à une fois et demi à celui qui est utilisé pour les intitulés et toutes les autres lignes.

Le gouvernement désire également que le bénéfice que vous allez obtenir avec la suppression des cotisations salariales et la hausse de la CSG soit clairement visible sur votre bulletin de paie.

Finalement, ce que vous devez retenir est très simple. Votre bulletin de paie va comporter trois lignes de salaire différentes c’est-à-dire une ligne pour le brut, une ligne pour le salaire net avant le prélèvement de l’impôt et le net qui vous sera réglé sur votre compte bancaire avec la déduction du prélèvement à la source de l’impôt à compter de l’année 2019.

 

Date: 5 juillet 2018
Rédaction: Opticiensremplacants.com
Source: Opticiensremplacants.com
Crédits images: Pixabay

Démotivation salariés

 

 

 

 

 

Être un bon manager ne se fait pas au hasard certes, mais on ne devient pas également un mauvais manager par hasard. Dans cet article, nous vous proposons notamment de découvrir comment il est possible de tuer la motivation de vos salariés et d’apprendre, bien évidemment, de vos erreurs.

  • Le manque de vision

Afin de remplir les objectifs de l’entreprise, il est primordial de pouvoir avoir la même vision des choses. Cependant, si vos salariés ont les mêmes objectifs et que le manager non, cela ne peut pas fonctionner et cela aura alors pour incidence de clairement les démotiver.

  • Ne pas connaître ses salariés

En tant qu’entreprise, il s’avère indispensable de connaître ses salariés, surtout s’ils ne sont pas beaucoup. Cela permet notamment de mettre en place un management adapté à vos salariés. Vous pouvez par exemple prendre le temps de déjeuner avec vos salariés pour apprendre à mieux les connaître, une fois par semaine. Si vous échouez sur ce point, vous n’arriverez donc pas à évoluer ensemble et la communication sera coupée.

  • Le manque de respect

En manquant de respect à vos salariés, vous allez complètement miner leur motivation. Le manque de respect passe également par le manque de reconnaissance pour vos collaborateurs. Ainsi, il est très important pour un manager de savoir récompenser les initiatives et de savoir reconnaître les bonnes actions au sein de l’entreprise.

  • Ne pas impliquer les salariés

Les salariés ont besoin de se sentir impliqués dans la vie de l’entreprise et avoir le sentiment de contribuer efficacement au développement de cette dernière. Ainsi, si le salarié n’a pas le sentiment d’être impliqué dans l’entreprise, il va alors complètement se démotiver.

  • Ne pas fixer les bons objectifs

Pour qu’un salarié puisse être efficace, vous devez mettre en place des objectifs qui soient réalisables. En effet, chaque tâche doit être en rapport avec ses capacités. En fixant des objectifs irréalisables, vous risquez de démotiver vos salariés qui auront alors conscience de ne jamais pouvoir y arriver.

  • Promouvoir les mauvais éléments

Un salarié obtient généralement la confiance en s’impliquant corps et âme dans un projet, et cela parfois en devant sortir de sa zone de confiance. Cependant, si vous n’attribuez aucune promotion à ces salariés et que vous mettez en avant les nouveaux venus qui n’ont pas encore fait leurs preuves, cela s’avère totalement injuste et démotivant pour les salariés.

Date: 28 juin 2018
Rédaction: Opticiensremplacants.com
Source: Opticiensremplacants.com
Crédits images: Pixabay

Formation Datadock

Datadock est une base de données créée par des investisseurs dans la formation professionnelle en continu. Cette base de données a notamment vu le jour pour faciliter la mise en place du décret Qualité depuis la fin de l’année 2016. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir tout ce que vous devez savoir sur Datadock et notamment les nouveaux objectifs mis en place pour améliorer la qualité des formations.

Présentation de Datadock

Datadock est un outil qui permet de choisir plus facilement. En effet, cette base de données regroupe notamment tous les organismes de formation dans son catalogue. Ainsi, on a notamment trouvé 41 financeurs dans Datadock au cours de janvier 2018, contre 20 uniquement au lancement de la base de données. Il faut savoir également que 6 régions souhaitent également rejoindre la base de données. Le but étant de rassembler un maximum de financeurs dans la base, et cela s’avère être en bonne voie.

Un datadockage obligatoire

Depuis l’année 2017, toute formation qui souhaite obtenir un financement doit obligatoirement être référencée dans l’outil Datadock. En effet, l’organisme qui dispense la formation doit posséder un numéro de SIREN et doit également être enregistré auprès de la DGEFP avec un numéro de déclaration d’activité. Sur la plateforme, l’organisme doit ensuite présenter son organisation, et sa position par rapport aux 6 critères de qualité. Datadock va ensuite tout de même vérifier la conformité de toutes les pièces pour assurer une qualité irréprochable. Le financeur peut ensuite choisir librement l’organisme qu’il souhaite intégrer dans son catalogue de référencement et le tour est joué.

33 000 organismes de formation de qualité

Que ce soit aussi bien pour les entreprises que pour ceux qui désirent acheter des formations, Datadock est là pour rassurer. En effet, on compte actuellement 33 000 organismes qui sont conformes en termes de critères de qualité. 21 000 autres organismes sont dans une démarche de conformité et ne devraient pas tarder à le devenir également. Ce décret qualité a notamment vu le jour pour permettre aux formations de qualité de gagner des marchés et de mettre en avant les formations qui le méritent aussi.

De nouveaux contrôles pour 2018

Régulièrement, des contrôles de qualité sont mis en place. Ainsi, de nombreux organismes sont contrôlés de manière totalement aléatoires, tandis que d’autres ont été signalés pour un contrôle. Certains organismes tentent toujours la fraude, même si ce chiffre reste tout de même relativement bas. Les contrôles sont notamment pris en charge par l’OPCA, mais également par différents cabinets d’audit indépendants.

Date: 25 juin 2018
Rédaction: Opticiensremplacants.com
Source: Opticiensremplacants.com
Crédits images: Pixabay

émotions_échanges_difficiles

Si vous faites face à un conflit, sachez qu’il est tout à fait possible de gérer vos émotions et notamment votre colère pour aboutir à un échange finalement productif. Bien évidemment, il est clair qu’il n’est pas toujours évident de garder son calme, notamment lorsque votre interlocuteur se montre menaçant envers vous. Votre corps réagit de manière défensive en activant votre système nerveux, c’est totalement naturel. Cependant, votre organisme n’est pas capable de faire la différence entre la menace d’un tigre par exemple face à vous et la menace d’une simple discorde. Cela va donc entrainer un véritable mal-être alors qu’il n’a pas lieu d’être.

Je lutte ou je fuis ?

La réponse de votre organisme face à la menace ne vous permet pas notamment d’être dans les meilleures conditions pour résoudre ce conflit. Votre cerveau va être dans une phase où il va hésiter entre la lutte ou la fuite. Cependant, il est nécessaire de prendre votre temps pour prendre une décision réfléchie et rationnelle. Finalement, vous allez perdre votre lucidité et transmettre votre énervement à votre interlocuteur, ce qui va donc aggraver la situation.

Cependant, il est tout à fait possible de faire face à cette réaction de votre organisme et de contrôler vos émotions.

Les techniques pour garder son calme

  • La respiration

Dans un premier temps, il est nécessaire d’utiliser la respiration pour vous calmer. C’est une méthode facile et accessible à tous que vous pouvez mettre pleinement en œuvre peu importe l’endroit. Il vous suffit de vous concentrer sur votre tension et de respirer profondément pour l’apaiser. Cela va notamment avoir pour incidence de détourner votre attention et vous constaterez que votre énervement finira par disparaître.

  • Se concentrer sur son corps

Dans un second temps, nous vous recommandons de vous lever et de faire quelques pas pour vous calmer. Vous devez vous concentrer sur votre corps et faire abstraction du reste. Si vous vous sentez stressé, essayez d’imaginer vos semelles qui s’ancrent dans le plancher, c’est ce qu’on appelle « l’ancrage » dans la méditation. Cela fonctionne réellement.

  • La récitation d’une phrase

Cela peut paraître surprenant, mais choisissez-une phrase comme « Ça va aller » et récitez-la lorsque vous sentez que les nerfs commencent à monter. C’est magique !

  • Prenez le temps

Si vous sentez que vous n’avez pas le dessus sur vos émotions, nous vous recommandons notamment de faire une pause. Le but n’est pas de montrer à votre interlocuteur que vous fuyez la situation, pas du tout. Par exemple, faites une pause dans votre échange en stipulant que vous avez besoin d’aller vous chercher un petit café et n’hésitez pas à en proposer un à votre interlocuteur. Rapidement, la tension baissera d’un cran.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date: 21 juin 2018
Rédaction: Opticiensremplacants.com
Source: Opticiensremplacants.com
Crédits images: Pixabay/GIPHY

Paiement des heures supplémentaires - opticiensremplacants.com

Dans le monde du travail, il arrive souvent d’être en litige avec son employeur par rapport aux heures supplémentaires. L’employeur possède certes un véritable pouvoir sur ses salariés, mais il doit également respecter la législation et notamment les temps de travail légaux. Découvrez dans cet article comment faire valoir les heures supplémentaires que vous avez réalisé.

La preuve de vos heures supplémentaires

On peut se demander si un salarié est en mesure de se voir régler ses heures supplémentaires si la procédure n’a pas été suivie et s’il n’a pas reçu auparavant d’autorisation officielle de l’employeur. Sachez qu’en principe, c’est l’employeur qui décide ou non des heures supplémentaires de ses salariés. Ainsi, si vous avez réalisé des heures supplémentaires de votre propre grès sans demander l’avis de votre employeur, ces dernières ne doivent pas être obligatoirement rémunérées. C’est l’employeur qui doit en faire la demande.

Finalement, en tant que salarié, si vous prenez la décision de réaliser des heures supplémentaires de votre propre grès, vous ne serez donc pas rémunéré de manière systématique par votre employeur. Ce ne sont donc que les heures supplémentaires clairement demandées par l’employeur qui sont rémunérées.

Le plafond de durée de travail

La législation en vigueur impose notamment des règles concernant l’utilisation des heures supplémentaires. L’employeur ne peut donc pas faire tout ce qu’il veut, mais doit respecter les éléments suivants :

  • Les heures supplémentaires sont limitées à 10 heures par semaine ;
  • Le temps de travail total ne peut pas excéder 48 heures ;
  • Une pause de 20 minutes est obligatoire pour les temps de travail quotidiens de 6 heures au minimum.

L’employeur est donc clairement dans l’obligation de respecter ces temps pour être dans la légalité.

En cas de litige, l’employeur doit notamment être capable de fournir des preuves du respect de ces dispositions. Cependant, il doit également respecter la liberté individuelle du salarié. Ainsi, l’employeur n’a pas le droit d’avoir recours à des dispositifs clandestins qui ne sont pas portés à la connaissance du salarié. Toute preuve recueillie doit obligatoirement être faite à la connaissance du salarié.

L’employeur n’a également pas le droit d’utiliser son système de vidéosurveillance pour recueillir des preuves sur le temps de travail de ses salariés, surtout si ces derniers ne sont pas informés de la présence de ce dispositif de contrôle visuel. Un papier doit être signé par les salariés pour qu’ils soient en accord avec le fait qu’ils puissent être filmés durant leur temps de travail.

 

Date: 18 juin 2018
Rédaction: Opticiensremplacants.com
Source: Opticiensremplacants.com
Crédits images: 123rf

Formation Team Opticiensremplacants.com

Dans chaque carrière professionnelle, la formation est une étape incontournable. Que ce soit obligatoire ou que ce soit un choix personnel, vous avez sûrement déjà suivi une formation. Cependant, la formation n’est pas vécue de la même manière par tous les salariés. Cela peut aussi être dû à la manière dont elle est proposée au salarié. En tant que formateur, il est donc fréquent d’entendre des blocages notamment lors des premiers tours de table.

Qu’attendez-vous réellement ?

Certains n’ont aucune honte à avouer qu’ils n’ont pas envie d’être en formation et que cela ne les enchante pas du tout. De nombreux salariés sont obligés et on ne leur a pas vraiment demandé leur avis. D’autres sont mécontents car on leur a imposé ce jour de formation dans leur planning, sans même savoir si cela pouvait correspondre dans leur calendrier. Certains préfèreraient être en poste plutôt qu’en formation étant donné la masse de travail qu’ils ont à réaliser.

D’autres encore ont le sentiment qu’ils ont déjà fait une formation similaire sur la même thématique et qu’ils perdent clairement leur temps.

En début de formation, il est important que chacun puisse clairement s’exprimer, même si le formateur n’a pas trop le temps. Le formateur devra donc être en mesure de faire changer d’avis les salariés en formation et faire face à leur mécontentement.

Je connais déjà cela…

Il faut savoir également que le formateur devra constamment faire face à des adultes qui pensent tout savoir et qui n’ont rien besoin d’apprendre d’autre. C’est notamment la différence entre l’apprentissage à un adulte et l’apprentissage à un enfant. L’enfant sait qu’il a beaucoup de choses à apprendre, mais pas l’adulte. Il n’est pas nécessaire de faire de la pédagogie avec les adultes, car ce ne sont pas des enfants. De plus, les adultes détestent les formations trop « scolaires », leur donnant encore plus le sentiment de retourner à l’école.

Les règles à suivre

Certaines règles doivent être suivies pour attirer notamment l’attention de l’adulte durant la formation. Vous devez donc être capable de montrer à l’adulte qu’il ne peut pas tout savoir et qu’on en apprend tous les jours. Vous devez aussi motiver l’adulte et lui donner envie d’apprendre. N’hésitez pas également à proposer des activités pratiques et non pas uniquement théoriques car cela va avoir tendance à l’ennuyer. N’oubliez pas également de créer une ambiance à la fois agréable et confortable, car l’adulte ne doit surtout pas se sentir à l’école.

Une formation bien choisie pour les collaborateurs est une formation bien suivie !

via GIPHY

Date: 14 juin 2018
Rédaction: Opticiensremplacants.com
Source: Opticiensremplacants.com
Crédits images: 123rf / Giphy

Une salle de sieste dans l’entreprise ? Certains patrons n’en verraient pas l’utilité et s’esclafferaient : « Et pourquoi pas une livraison traiteur tous les midis tant qu’on y est ?! ». Côté salariés, la surprise serait peut être la même. En effet, certains n’oseraient même pas y songer, de peur de se faire surprendre les yeux dans le vague ne serait-ce qu’une demi-seconde. Et pourtant, il existe bien 5 bonnes raisons d’avoir une salle de sieste dans votre entreprise 

▪1. Les entreprises de la Silicon Valley ont leur salle de sieste
Google met à disposition de ses collaborateurs une salle avec des sièges de massage : que demander de plus ? IBM et Apple ont également leurs espaces détente. Au Japon, la sieste fait partie intégrante de la culture d’entreprise : l’ « inemuri » (littéralement « dormir alors qu’on est présent ») ou l’art de la micro-sieste exercé n’importe où, est très bien vu socialement. C’est la preuve que l’on s’est démené au travail, puisqu’on en tombé de sommeil !

▪2. Les bienfaits de la sieste sont scientifiquement prouvés
Une étude de la Nasa révèle que la sieste permet d’augmenter la productivité et la créativité de 35 %. Cet argument en vaut 1000. D’autres études montrent encore qu’une sieste de 20 minutes après le déjeuner diminuerait le stress.

▪3. Une salle de sieste ne coûte pas très cher
Vous avez une salle entière pour l’imprimante ? Celle-ci ne s’offusquera pas si vous la placez dans le couloir. A la place, mettez trois poufs, deux tapis épais et plein d’oreillers et vous obtenez une salle de sieste des plus douillettes.

▪4. Vos collaborateurs seront heureux
Et c’est important! Vous éviterez à certains d’entre eux de connaître le redouté et redoutable burn-out : autoriser le repos dans l’entreprise, c’est montrer que celui-ci est indispensable pour la santé de tous.

▪5. Une salle de sieste oui, mais avec des règles !
Il serait contre-productif de faire une sieste d’une à deux heures après le repas du midi. Vous en sortiriez tout groggy et seriez obligé(e) de forcer sur le café pour retrouver un semblant d’énergie. La salle de sieste doit donc être soumise à quelques règles et son usage limité, par exemple, à une demi-heure par jour. N’abusons de rien !

Date:  04 Novembre 2017
Rédaction: Opticiensremplacants.com
Source: Opticiensremplacants.com
Crédits images: Pixabay